AccueilParlement(s) et cours souverainesActivités en cours

Activités en cours

Séminaire Parlement(s) et cours souveraines en France et en Europe, sous l’ancien régime

Organisé sous la direction d’Isabelle Brancourt-Storez (Chargée de recherche au CNRS – CR-HC)

Année 2022

Parlement(s) et cours souveraines en France et en Europe, sous l’Ancien Régime.
Discours, pratiques judiciaires, sociabilité et théories politiques

Séminaire organisé par Isabelle Brancourt (Institut d’histoire du droit-Jean Gaudemet, Université Paris-Panthéon-Assas), Anne Dobigny-Reverso (Université d’Angers et IHD-Jean Gaudemet) et Frédéric Gabriel (IHRIM, Lyon)
Séminaire soutenu par l’IHD-Jean Gaudemet (Paris-Panthéon-Assas-CNRS)
et le Labex COMod (Université de Lyon)

Université Paris-Panthéon-Assas
Institut d’histoire du droit-Jean Gaudemet (UMR 7184), Centre Sainte-Barbe,
4 rue Valette, 75005 Paris
Escalier C (à gauche dans le hall du Centre Sainte-Barbe), 3e étage

16h30-19h

Programme :

Vendredi 12 novembre 2021 (salle Administration)

Thibaut Dauphin (Université de Bordeaux), « La critique du Parlement de Paris dans les écrits de Voltaire : un enjeu politique »
– Répondant : Vincent Cossarutto (Université de Besançon)

Vendredi 3 décembre 2021 (salle Administration)

Jean-Benoît Poulle (Sorbonne université), « La mise en œuvre de la Réforme catholique dans la haute noblesse de robe parisienne, au XVIIe siècle »
– Répondant : Aurélien Peter (Université Paris 1-Sorbonne-Panthéon)

Vendredi 10 décembre 2021 (salle Collinet)

Malina Stefanowska (Université de Californie à Los Angeles), « Une vision latérale du Parlement : entre Retz et Saint-Simon »
– Répondant : Christian Jouhaud (EHESS, CNRS)

Vendredi 21 janvier 2022 (salle Collinet)

Thibault Barbieux (Université Versailles-Saint-Quentin), « Entre libertés historiques et contrat social : les ambiguïtés du discours robin et provincial au Siècle des Lumières »
– Répondant : Philippe Pichot (Université de Brest)

Vendredi 15 avril 2022 (salle Collinet)

Dylan Beccaria (Université d’Aix-Marseille), « Le parlement de Provence et la grâce royale aux xvie et xviie siècles : entre miséricorde du roi et rigueur de la justice »
– Répondants : Anne Reverso (Université d’Angers et IHD-Jean-Gaudemet) et Raphaël Fournier (Université Paris1-Sorbonne)

Vendredi 13 mai 2022 (salle Collinet)

Nicolas Richard (Sorbonne université), « La Diète de Bohême et les parlements français : quelques points de comparaison »
– Répondant : Marie-Françoise Saudraix-Vajda (Sorbonne Université)

Vendredi 10 juin 2022 (salle Collinet)

Isabelle Coquillard (Université Paris-Nanterre), « Quand le Parlement de Paris s’occupe d’affaires médicales. Les relations entre magistrats et médecins au XVIIIe siècle à Paris »
– Répondant : Reynald ABAD (Université Paris Sorbonne)

Vendredi 30 septembre 2022

Romain Cuttat (Université de Genève), « La teneur normative des lois fondamentales chez les jusnaturalistes modernes »
– Répondants : Gaëlle Demelemestre (IHRIM – ENS de Lyon – CNRS) etThibault Barbieux (Université de Créteil)

Vendredi 21 octobre 2022

Nelly Bytchkowsky (Université de Bordeaux-Montaigne), « La systématisation du droit dans l’œuvre de Louis de Héricourt »
– Répondante : Anne Dobigny-Reverso (Université de Toulon)

Vendredi 25 novembre 2022

Yves Le Guillou, « Dans la tête de Julien Brodeau, avocat au Parlement de Paris, ou Qu’est-ce que l’analyse d’une bibliothèque peut nous apprendre de son artisan ? »

Vendredi 16 décembre 2022

Shingo Akimoto (chercheur accueilli à l’IHD-Jean Gaudemet), « La conscience du magistrat doit se taire » : Jean Bodin et les gens des parlements »
– Répondante : Anne Rousselet-Pimont (Université Paris 1 – Sorbonne – Panthéon)

Argumentaire :

Ce séminaire, consacré à l’espace européen et à l’« Ancien Régime » au sens large, est conçu dans le long terme. Il se fixe pour objectif de présenter les recherches actuelles sur le thème du « Parlement » élargi, en une perspective résolument interdisciplinaire, à toutes les grandes problématiques qui lui sont intimement liées : la centralisation du gouvernement, la souveraineté, l’« absolutisme » et sa remise en cause, le jeu des relations entre puissances spirituelle et temporelle dans l’évolution des conceptions et des institutions politiques. Il prendra également en compte le droit dans toute son ampleur, de l’écriture juridique jusqu’à la question de la politique des archives, en passant par les réflexions sur la magistrature. On s’intéressa aussi bien à la procédure qu’aux conceptions plus abstraites de la communauté politique.

Nous intègrerons à ces aspects traditionnels la dimension scripturaire et rhétorique de ces communautés que sont les Parlements : quelle est la part discursive dans la systématisation juridique ? Quels sont les outils qui se situent proprement à la croisée du rhétorique et du législatif ? La dimension d’énonciation du droit pourra être replacée au sein des réseaux ainsi créés entre éléments autonomes et hétéronomes, entre preuves internes et apports intégrés à nouveaux frais. Il s’agit, en somme, de ressaisir les juristes et leurs actions en société.

Retour en haut

Les bibliothèques de l’IHD

Ressources en ligne

Revues partenaires