Plenitudo Juris. Mélanges en hommage à Michèle Bégou-Davia

Plenitudo Juris
Mélanges en hommage à Michèle Bégou-Davia
Brigitte Basdevant-Gaudemet, François Jankowiak, Franck Roumy

Plenitudo Juris rassemble vingt-neuf contributions offertes à Michèle Bégou-Davia, Professeur émérite de l’université Paris-Sud et éminente spécialiste de l’histoire du droit canonique médiéval. Les articles réunis ici par ses collègues et amis ne sont toutefois pas tous circonscrits à ce champ disciplinaire, mais reflètent et témoignent d’une diversité et d’une approche compréhensive des formes historiques et des concepts du droit, allant de l’Orient ancien à la science canonique positive : une plenitudo juris dont la quête a constamment motivé et continue d’animer la dédicataire de ces Mélanges.

Sommaire

  • Si fornicatio clerici est publica : la fornication publique des clercs dans le droit canonique classique, par Bernard d’Alteroche.
  • Le Traité du bénéfice de Jean de Selve l’Aîné (1509), parPatrick Arabeyre.
  • Condemnation instructive : procédure pénale et faits de sorcellerie dans Les Essais de Montaigne, par Antoine Astaing.
  • L’image du Pontife romain, à travers les actes des conciles romains (1059-1085), par Brigitte Basdevant-Gaudemet.
  • Hypothèse de recherche autour de la distinction et du rapport entre ius dicere et iudicare, par Boris Bernabé.
  • Quelques remarques sur le thème de la nullité et de l’annulation. Entre droit romain et histoire du droit privé français, par Emmanuelle Chevreau.
  • Mariage, certificat de coutume et conversion obligatoire à l’islam, par Sigrid Choffee-Harouel.
  • La justice savante de Salomon, par Sophie Demare-Lafont.
  • L’abandon des enfants en droit médiéval : l’apport de la doctrine romano-canonique, par Florence Demoulin-Auzary.
  • Quelques repères historiques sur la lettre dimissoire, par Olivier Descamps.
  • Le conferenze episcopali nelle proposte del cardinale Bonaventura Cerretti, par Giorgio Feliciani
  • Questions terminologiques et canoniques au sujet des ministères et charges ecclésiales, par Philippe Greiner.
  • Les racines religieuses de l’idée nationale : France et Allemagne, par Jean-Louis Harouel.
  • La papauté médiévale, recours et secours du Saint-Siège au temps du Risorgimento, par François Jankowiak.
  • Entre personne et animal. Le barbare, l’Église et le Droit dans l’Empire romain, par Soazick Kerneis.
  • Sicut est in Sorbona fieri consuetum. L’influence de la Sorbonne sur les statuts des collèges parisiens, par Thierry Kouame.
  • Dinus Mugellanus und die Regulae iuris des Liber Sextus, par Peter Landau.
  • De quelques gloses parisiennes à la Compilatio prima concernant les bénéfices ecclésiastiques, par Anne Lefebvre-Teillard.
  • Brevet d’orthodoxie. La version arménienne des Canons de Cyrille d’Alexandrie, par Aram Mardirossian.
  • La politica religiosa della Repubblica Italiana. Elementi e riflessioni, par Francesco Margiotta Broglio.
  • Calvin et la joie. D’après les registres du Consistoire de Genève, par Guerric Meylan.
  • Étranger, naturalité, nationalité, être français depuis l’Ancien Régime, par Jacqueline Moreau-David.
  • Liberté contractuelle et codifications commerciales au XIXe siècle, par Laura Moscati.
  • Serpentes, sabre et sorts. Les origines du canon Episcopi et le sabbat des sorcières, par Jean-Pierre Poly.
  • Remarques sur l’influence canonique en matière de transmissibilité passive des obligations délictuelles, par René-Marie Rampelberg .
  • De la confirmation à l’authentification des actes juridiques aux XIe et XIIe siècles, par Franck Roumy.
  • Le notaire au confessionnal. Les devoirs de la fonction notariale au for interne, par Mathias Schmoeckel.
  • Quelques aperçus sur les débats, anciens et récents, à propos du titre de « Patriarche d’Occident », par Emmanuel De Valicourt.
  • De miraculis non est lex. De quelques inconvénients juridiques de la résurrection de Lazare, par Nicolas Warembourg.

A lire également